FARADAY FUTURE FF 91

Quel meilleur endroit que le CES de Las Vegas pour tenter un coup d’esbroufe ? Aucun. C’est justement le choix fait par FARADAY FUTURE pour présenter son concept FF 91.

Financé par milliardaire chinois ayant fait fortune dans les télécoms, ce projet s’auto-proclame (rien que ça) concurrent de TESLA et siège également en Californie, le royaume du marketing. Même si TESLA est loin d’être au bout du chemin avec son manque d’autonomie en conditions réelles et le délai trop long pour sortir un modèle relai à la S. En effet, les ventes ont épuisé la clientèle prête à débourser 90.000 € pour faire des tours dans un département. Au moins, la TESLA Model S est une belle auto, mais surtout, c’est est un produit fini et commercialisé.

Le modèle de série de la FF 91 est annoncé pour 2018, histoire d’attirer un maximum de pré-commandes. Il sera toujours temps d’annoncer un retard dans quelques mois.
Le Directeur de Faraday Future a même déclaré qu’il allait créer “une nouvelle race d’automobile”, cela ne coûte rien et peut impressionner les plus crédules. Pour commencer, il va falloir qu’il embauche un bon designer. A l’heure actuelle, le concept FF 91 ressemble plutôt à un croisement entre un Picasso génération 1 et un Espace 5 avec un zeste de Prius, la caverne des horreurs du design. Pour l’instant, cela ressemble plutôt à une espèce en voie de non-apparition.

Souhaitons quand même bonne route à cette marque, mais elle risque de s’arrêter rapidement. Rien ne sert d’être trop en avance sur un concept, si la technologie disponible ne permet pas de répondre aux attentes client. Seuls les constructeurs allemands semblent l’avoir compris, en proposant des hybrides avec 30 à 50 km d’autonomie en 100% électrique. Restez vigilants.

Olivier JANIAUD (02/02/2017)